Un concentré d’énergie naturelle pour nos chevaux

LES CÉRÉALES GERMÉES!

graines germées 1

 

” Que l’aliment soit ton seul remède “

                                        Hippocrate

Personnellement, il y a déjà un petit bout de temps que j’ai incorporé dans mon alimentation diverses graines germées (céréales, herbes, légumineuses ) connaissant leurs actions positives sur notre santé.

Énergétiques, riches en acides aminés, vitamines et oligoéléments, les graines germées sont aussi reconnues pour leur richesse en fibres, en enzymes et pour leur rôle antioxydant et alcalinisant.

A l’époque des Romains, les légionnaires portaient à la ceinture un sachet en toile humide rempli de graines qui germaient à la température du corps. Ils les mangeaient ensuite crues, entre les repas, comme un encas sain et nourrissant. Cette manière de consommer les graines garantissait une source d’énergie immédiatement disponible et très économique. Ce sont ces mêmes avantages que l’on retrouve aujourd’hui;

Il serait dommage de s’en priver!

Mais je n’avais jamais pensé à en donner à mes juments…

C’est en lisant le livre du Dct vétérinaire Eric Ancelet:

livre Eric ancelet 1

( livre que je conseille vivement! C’est un trésor d’informations et de bon sens! )

que j’ai pris conscience que je pouvais faire profiter les chevaux des nombreux bienfaits des graines germées !

Condensées de vie, celles ci apportent à l’organisme, rapidement, un excellent potentiel d’énergie.

Avant de répondre aux questions:

  • Quelles céréales utiliser ?
  • Comment faire germer ?
  • Quelle quantité distribuer ?

  Il ne serait peut être pas inutile de se refaire un résumé de l’alimentation de notre cher equus caballus…

2 tops models

 

  Il faut réaliser que la diététique est la base de la santé, le fondement essentiel de l’équilibre.

 Animal de la steppe, dévoreur d’espace, le cheval est un nomade qui mange en marchant.

Pour un herbivore, manger est indissociable de marcher.

Cet herbivore monogastrique (estomac unique) est largement dépendant de sa flore intestinale et de son cæcum hypertrophié capable de valoriser les formes végétales les plus grossières en matières nobles tels que vitamines, oligo-éléments et acides aminés.

Dans une pâture diversifiée, le cheval pourra ingérer des fibres ( herbe, branchages, etc ) et éléments aromatiques variés; tous ces ingrédients sont nécessaires à la réplétion de son intestin et à l’équilibre de sa flore intestinale.

  “… Le système digestif du cheval est très spécialisé et bien adapté au contexte environnemental dans lequel l’espèce a évolué jusqu’à la domestication.

Or, plus une structure est ancienne, moins elle est susceptible d’être bouleversée du jour au lendemain…” **

  Le cheval possède une digestion essentiellement microbienne et la performance de sa digestion chimique est très limitée.

  On devine dès à présent que les aliments industriels concentrés trop riches en amidon (digestion chimique) vont à l’encontre de la physiologie élémentaire du cheval!

On comprend déjà mieux l’apparition de plus en plus inquiétante des maladies de “stress” sur des chevaux confinés en box, devant se nourrir, rapidement et sans bouger, de concentrés, de grain et de foin.

IVOIRE

“…  Concernant l’amidon des céréales, le cheval ne peut digérer plus de 0,4 pour cent de son poids vif par 24 heures.

( Compte-rendu de la dix-neuvième journée d’étude du Centre d’Étude et de Recherche sur l’Économie et l’Organisation des Productions Animales-CEREOPA . )

Autrement dit, au-delà de deux kilos de céréales par jour, un cheval de 500 Kilos est en surcharge, donc en état de surmenage métabolique!

Et , si cela dure trop longtemps, une véritable pathologie digestive s’installe, cause majeure de sur-parasitisme, troubles cutanés, respiratoires et ostéo-articulaires…” **

Et oui! Dans l’environnement originel du cheval cette forme végétale “la graine”(des graminées) n’était disponible que très ponctuellement et en faible quantité!

  Mais revenons à nos graines germées: – Quelles céréales utiliser?

L’orge apparaît comme la céréale la plus équilibrée.**

(bien sûr nous préférerons des céréales provenant d’une agriculture raisonnée ou biologique!)

orge germée

                                                                                           – Quelle quantité distribuer?

  De manière générale, ne pas dépasser 500gr d’orge germée par cheval et par jour, quel que soit le volume de la ration.**

  Allez, on se lance!

                                                                                                  – Comment faire germer?

  Tout d’abord, on lave bien les graines d’orge, puis il faut les laisser tremper dans de l’eau durant 24 h.

Les graines absorbent l’eau, se dilatent, leur enveloppe s’assouplit.
Trempage orge

 

Au bout de ces 24h, on procède à l’égouttage; à partir de ce moment il suffit de rincer les graines quotidiennement avec de l’eau fraîche.

L’important est que les graines restent toujours humides mais ne trempent pas dans l’eau (de préférence dans un lieu sec et chauffé) .

Attention aux fermentations ou moisissures!
égouttage graines germées

  “…Très vite apparaît le “germe”, qui est en fait une radicelle de couleur blanche. Il faut en moyenne trois jours pour obtenir une croissance d’environ cinq millimètres, moment idéal pour la consommation…” **

 

les graines germées pour les chevaux

LES RÉSULTATS SUR NOS CHEVAUX:

“…Les composants de ces céréales germées sont très assimilables, en quelque sorte prédigérés par l’action enzymatique de la plantule, ce qui économise l’énergie digestive du cheval.

Il y a amélioration de l’état général, notamment par un effet de drainage toxinique et de stimulation organique; amélioration du comportement, diminution de l’excitabilité, augmentation du tonus; les phanères (poil et corne) sont plus robustes et plus abondants…

La haute valeur nutritive du grain germé implique une économie sur un programme d’alimentation courant, notamment par un meilleur état général et une réduction progressive des frais médicaux…” **

les graines germées pour les chevaux

POUR DES CHEVAUX EN BONNE SANTÉ !

 

 

signature-ania

** extraits du livre 1 d’Eric Ancelet.

1 Comment

  1. Cécile dit :

    Bonjour, très intéressant! J’ai donné des graines germées à mon hongre les 2 hivers précédents mais seulement après 24 à 48h de germination. Vivant en appartement, c’est difficile de faire germer plusieurs écumoires de graines en même temps… Ou bien avez-vous une bonne astuce pour gérer la place? Merci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *